Présentation

  • : COMPANS INFORMATION COMMUNALE, INTERCOMMUNALE ET ENVIRONNEMENTALE, ROISSY-PAYS DE FRANCE
  • : Asseyez-vous confortablement dans notre fauteuil, et laissez-vous bercer par l'effarante actualité communale et environnementale de Compans-Mitry. Bien calé, vous tomberez quand même de haut... Compans : 700 habitants, 7 prises illégales d'intérêts, 7 sites Seveso ! Bienvenu sur le blog du Collectif des Contribuables Companais et Mitryens.
  • Contact

Rechercher

13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 14:53

 


77 FM 
 
Partager cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 08:32
Partager cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 21:05
Partager cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 08:12

Verdict complet pour les abonnés...bientôt...
Partager cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 23:00

REOUVERTURE LE 11 JUIN 2014 DU BLOG

EN DIRECT

LE RESULTAT DU PROCES EN APPEL DU MAIRE !

 

Le 30 avril 2014, le Procureur Général de la Cour d'Appel, avait requis à l'encontre du maire de Compans, un mois de prison avec sursis et une grosse amende... Pour prise illégale d'intérêts... Et oui, la réquisition confirme la culpabilité du maire... il y a bel et bien eu passe droit, selon l'avocat général de la Cour d'Appel de Paris. Le maire s'est servi alors qu'il n'avait aucune raison de favoriser sa famille... Au détriment d'autres familles dans le besoin... Sacrée conception sociale hélàs...
Ses deux comparses ont aussi eu la confirmation dans la réquisition d'une culpabilité... et d'une amende...
Ah oui, les magistrats peuvent, en plus des peines, déclarer le maire inéligible... Il faut parfois assumer, être digne de sa fonction d'élu...lorsque l'inégibilité est requise...c'est qu'on est INDIGNE de représenter ses administrés...

 

LE BLOG INCLUERA L'ACTUALITE INTERCOMMUNALE !

 

LE BLOG ROUVRE AUSSI  AVEC DES INFORMATIONS  ENVIRONNEMENTALES DESASTREUSES ...

Partager cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 15:57

COMPANS.ORG a décidé de vous informer sur les dépenses de la commune.

La réglementation nous y autorise :

La CADA estime que le fait qu’une association diffuse sur son site internet des documents obtenus dans le cadre du droit d’accès n’est interdit ni par la loi du 17 juillet 1978 ni par les dispositions du code général des collectivités territoriales qui ouvrent un droit d’accès à certains documents élaborés par les collectivités territoriales. En particulier son article L.2121-26 qui garantit un droit d’accès aux procès-verbaux des délibérations du conseil municipal, aux budgets et comptes de la commune et aux arrêtés du maire.  

Certaines mentions nominatives (salaires/traitements etc ) ont été estompées, conformément aux préconisations (nous avons d'ailleurs été au-delà des usages).

Aucun commentaire n'est effectué.

A vous d'être informés ! 

CLIQUEZ pour obtenir  le dossier complet :    

>>>>>>>>>>>>Grand livre Compans 2013 <<<<<<<<<<<<

Préfixe 041Préfixe 044CLIQUEZ >Grand livre Compans 2013

Partager cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 19:54

Le conseil municipal du 29 mars 2014, conseil municipal fraîchement élu, dont pour beaucoup c'est la première expérience, a délégué au Maire (qui lui a de l'expérience), au point 20 d'une délibération importante ( CGCT L2122-22), la faculté de "réaliser des lignes de trésorerie sur la base d'un montant maximum de 50.000€".

C'est manifestement excessif pour une commune de notre taille ! Cela veut dire que le maire peut, sans passer par le conseil, dépenser 49 999,99€.

Vive la transparence !

Ce n'est pas un mauvais poisson d'avril !

LE PIRE : notre actuel maire, et bien, en 2007, il était seulement conseiller municipal de l'ancien maire, et au conseil précédent celui du 29 juin 2007, il proposait dans une déclaration lue que 2000€ soit la limite à ne pas dépasser !

L'inflation a du passer par là 7 ans de réflexion plus tard !!!

Ce n'est pas un poisson à 50 000€ !
Partager cet article
Par compans
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 21:31

parisien-du-8-fevrier-2014-remblais-illegaux.jpg

AFP 6 mars 2014 à 15:57

Digne de la mafia, un réseau d’enfouissement illégal de déchets, parfois dangereux, a été démantelé en région parisienne, impliquant l’un des piliers de la pègre dans la capitale.
Entre des dépôts sauvages dans les champs de la plaine de France, à 20 km au nord-est de Paris, des nuits dans des palaces, et des agriculteurs étranglés par les dettes, la police judiciaire de Seine-Saint-Denis a déniché un dénominateur commun, bien connu des fichiers de police: la famille Hornec.
«S’inspirant des méthodes de la mafia italienne», le clan, dont des membres ont déjà été condamnés pour du trafic de cocaïne, avait monté une société véreuse, qui s’adressait à des entreprises, de BTP par exemple, obligées par la loi de faire recycler leurs déchets, a relaté à l’AFP une source proche de l’enquête.
A prix cassé, les malfaiteurs leur proposaient de s’en charger. Mais au lieu de les traiter pour en faire du remblai, leur société RTR Environnement enfouissait ces résidus, parfois contaminés par de l’amiante, en toute illégalité, a-t-elle ajouté.
Au passage, des agriculteurs étaient menacés, ou piégés par des prêts à des taux très élevés, forcés en contrepartie d’abandonner leurs terres pour laisser les suspects y enfouir les déchets non-recyclables.
Cinq personnes devaient être mises en examen jeudi par un juge d’instruction de Bobigny (Seine-Saint-Denis), pour extorsion de fonds en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et dépôts illégaux de déchets. Ils encourent jusqu’à 30 ans de prison.
Depuis plusieurs mois, ce terrain, coincé entre deux autoroutes, était dans le viseur d’une association écologiste locale, l’Adenca, qui s’inquiétait du ballet des camions. Pendant des mois, ils ont déversé des déchets, dont probablement des terres sulfatées qui ne doivent être abandonnées que dans des décharges.
Jeudi, on pouvait encore voir, derrière un panneau «RTR Environnement» et au milieu d’une terre gorgée d’eau, des talus de près de deux mètres de haut, et un engin de chantier à l’arrêt. L’association appelle désormais à «des contrôles des services de l’Etat sur ce qui a été déversé», pour éviter la pollution d’un cours d’eau tout proche, a déclaré sa présidente Mireille Lopez à l’AFP.
Au-delà de la fraude environnementale, l’enquête, menée par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, a pu mettre au jour des abus de biens sociaux, et faire suspecter une participation à une fraude complexe, un «carrousel de TVA» aux frais du Trésor Public.
Les neuf mois d’enquête, lancés par un renseignement obtenu au sein du milieu du banditisme, ont aussi permis de saisir deux armes de poing, dont un pistolet colt 45.AFP

http://www.liberation.fr/societe/2014/03/06/un-reseau-d-enfouissement-illegal-de-dechets-demantele-pres-de-paris_985001

http://videos.tf1.fr/jt-we/2014/du-grand-banditisme-a-l-enfouissement-illegal-de-dechets-toxiques-8378908.html

Partager cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 21:41

URGENT - Fort de Vaujours : Confirmation officielle de la contamination radioactive
26/02/2014 : Nouveau communiqué du Collectif "Sauvons la Dhuis":
Mardi 25 février après-midi, à la demande des préfectures, le collectif "Sauvons la Dhuis" a été invité à participer à une campagne de mesures contradictoires de 3 points chauds dans l'enceinte du Fort de Vaujours. Deux de ces points avaient été identifiés par la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) dans le cadre d’une étude préliminaire conduite en 2001. Le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) s’était engagé à l’époque à décontaminer.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), a confié la réalisation de cette campagne de mesures à l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et à l'Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO). La CRIIRAD a finalement été acceptée suite aux pressions des associations locales.

Depuis 2012, la CRIIRAD indique que les mesures réalisées par les associations en 2011 avec un compteur Geiger RADEX devaient être prises en considération et que l’absence de détection des points de contamination par les organismes mandatés par PLACOPLATRE (IRSN et BURGEAP) ainsi que par le CEA était probablement lié à un choix d’appareils inadaptés (voir la Vidéo CRIIRAD : http://www.criirad.org/vaujours/detection-uranium-appauvri-vaujours.html).
Lors de la réunion préalable aux prises de mesures du 25 février, la CRIIRAD a insisté pour que les mesures soient effectuées avec un contaminomètre alpha-bêta-gamma ce que ne prévoyait pas le protocole initial préparé par l’IRSN!!!

Le verdict a été sans appel : 2 zones de contamination ont été détectées au niveau des points PC4 et CEA1. Avec un bruit de fond naturel situé autour de 2 coups par seconde, les mesures de la CRIIRAD au moyen d'un contaminomètre sensible aux rayonnements alpha, bêta et gamma (Canberra MCB2) ont révélé une radioactivité à 37 coups par seconde à 20 cm en dessous du point PC4 et à 133 coups par seconde au contact du point CEA1.
Pendant les prises des mesures qui ont pris des heures, un micro fragment métallique s'est détaché du mur au point CEA1 avant de tomber au sol. La CRIIRAD a mesuré ce fragment, probablement d'uranium, à 140 coups par seconde (alpha-beta-gamma). Il a été ensuite prélevé par l'IRSN pour des analyses approfondies en laboratoire.
Lien vers la vidéo des prises de mesures et du fragment métallique radioactif qui s'est décroché du mur : http://youtu.be/a2kaDplvr8A

Rappelons que l'uranium est un produit très toxique à la fois sur le plan chimique et radiologique. Il est particulièrement dangereux par ingestion et plus encore par inhalation. Une exposition par contamination interne peut avoir sur le long terme des effets sur la santé sous forme de cancers et de leucémies.

Ainsi une contamination radioactive plus de 70 fois supérieure à la normale a bien été confirmée par la CRIIRAD en présence de l’ASN dans la casemate de tir TC1...

Le point CEA1 mesuré à une valeur 33 fois supérieure à la normale par les associations en mai 2011, avait été signalé à sa découverte par voie de presse, mais cette mesure a constamment été réfutée par les organismes de contrôles mandatés par Placoplâtre.

Ces contaminations radioactives ont donc été révélées en présence de la presse, de représentants des préfectures de Seine-saint-Denis et de Seine-et-Marne, d'élus locaux des villes de Vaujours, Courtry, Coubron, Villeparisis et Livry-Gargan. Des cadres de Placoplatre et des associations locales étaient également présents.

Par conséquent, comme la CRIIRAD l’avait rappelé en décembre 2012,

http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/remarques-CRIIRAD-CLCS-VAujours.pdf

, le Fort de Vaujours est bel et bien toujours contaminé par des matières radioactives. La controverse est donc terminée.
Voir le communiqué de la CRIIRAD en date du 26 Février sur cette campagne de mesures : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf
Devant l’incapacité accablante de mettre en évidence un point clairement identifié depuis 2011, quelle valeur peut-on accorder à toutes les analyses réalisées sur le Fort pour le compte de Placoplâtre depuis 2010 par l'IRSN, le BURGEAP et le CEA ? Comment de tels organismes peuvent-ils avoir montré autant d'incompétences ?
Il est temps désormais que les préfectures, les élus locaux, les parlementaires et le gouvernement Français prennent enfin la pleine mesure des contaminations radioactives et autres pollutions du Fort de Vaujours.
Nous leur demandons expressément de mettre un terme définitif au projet d'exploitation en carrière à ciel ouvert sur ce site : L’incompétence totale de l'ensemble des partenaires de Placoplatre à détecter les contaminations radioactives du Fort de Vaujours depuis plus de 4 ans est désormais la preuve irréfutable du caractère aventureux et particulièrement dangereux de ce projet situé à seulement quelques kilomètres de Paris et à proximité quasi-immédiate des premières habitations.

Partager cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 13:45

Environnement...

Encore, toujours et seulement sur COMPANS.ORG, seul à vous fournir les informations qui vous concernent !

 

Liquez sur les liens ci dessous :


RAPPORT CE TRAPIL 27 02 14

 

AVIS enquete publique TRAPIL 4 10 13

 

Partager cet article