Présentation

  • : COMPANS INFORMATION COMMUNALE, INTERCOMMUNALE ET ENVIRONNEMENTALE, ROISSY-PAYS DE FRANCE
  • : Asseyez-vous confortablement dans notre fauteuil, et laissez-vous bercer par l'effarante actualité communale et environnementale de Compans-Mitry. Bien calé, vous tomberez quand même de haut... Compans : 700 habitants, 7 prises illégales d'intérêts, 7 sites Seveso ! Bienvenu sur le blog du Collectif des Contribuables Companais et Mitryens.
  • Contact

Rechercher

19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 05:35

Information 18 juin2014 > http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2014/06/18/25001-20140618ARTFIG00190-une-vice-presidente-d-le-de-france-occupe-un-logement-social-parisien.php
Se loger à Paris n'a rien de simple. Pas étonnant que l'on ne quitte pas facilement à logement bon marché offrant un certain confort en pleine capitale. La situation devient plus problématique lorsqu'elle concerne une élue régionale et un logement social. Selon l'hebdomadaire Marianne , Michèle S, vice-présidente de la Région Île-de-France, habite depuis dix ans un appartement parisien réservé aux revenus modestes attribué par la ville de Paris.

La situation a été évoquée lors d'une mission d'information et d'évaluation sur le logement qui s'est tenue le 18 février, dont le procès verbal est consultable. Cette mission, présidée par un conseiller de Paris, avait vu le jour après des accusations de gestion «opaque» des logements sociaux en Île-de-France portées par la présidente du groupe UMP au conseil régional, fin 2013. Ses conclusions ont été rendues en juin.

Lors de cette mission, Michèle S a exposé le travail effectué autour de l'accession au logement social. La vice-présidente socialiste est en effet chargée de transmettre les dossiers de demandeurs aux bailleurs franciliens. À l'issue de son exposé, Olivier T, conseiller PS, l'interpelle: «Où habitez-vous vous-même, Madame S?» La réponse de la vice-présidente sur ce point n'est pas lisible dans le procès verbal (page 18) de la séance. Estimant répondre en son nom propre, et non en tant qu'élue régionale, Michèle S a demandé à ce que ses propos ne soient pas rendus publics, afin de préserver sa vie privée.
D'après Marianne, la vice-présidente aurait confirmé occuper un logement social financé par un prêt locatif intermédiaire (PLI) dans le XIIIe arrondissement parisien, depuis dix ans. L'appartement, d'environ 70 m², serait loué pour 1218 euros par mois.

Conflit d'intérêts ?

Le PLI constitue un logement intermédiaire: il est destiné aux classes moyennes ne pouvant prétendre à un logement social au vu de leurs ressources, mais affichant un revenu modeste. Problème: le plafond de ressources fixé pour une telle habitation en Île-de-France est fixé à 41.434 euros pour une personne seule. Or, selon l'hebdomadaire, l'addition des revenus mensuels de Michèle S dépasserait les 4600 euros, soit 55.200 euros annuels.

À Marianne, l'élue du Val-de-Marne assure n'avoir «demandé aucun passe-droit» et avoir pu accéder à ce logement en raison d'une «difficulté personnelle». Elle affirme également ne dépasser le plafond «que de 16 euros». Un écart d'évaluation qui pourrait s'expliquer par le fait que ses enfants soient à sa charge. Reste que la durée de l'occupation du logement - dix ans - interpelle.

Le principal point noir se situe cependant hors de toute question financière: Michèle S occuperait un logement loué par un bailleur parisien. Déontologiquement, la ville de Paris interdit à ses élus de bénéficier d'un logement social attribué par la municipalité, après de nombreux abus. Même fonctionnement du côté du Conseil régional. Les règles sont floues, cependant, lorsque l'élu d'une instance bénéficie d'un logement attribué par l'autre organisme, comme dans le cas de Michèle Sabban. Un point sur lequel la vice-présidente est restée évasive auprès de Marianne. Son équipe, contactée par Le Scan, n'a pour l'heure pas donné suite à la demande d'informations complémentaires.

Archives, Information décembre 2013 :

Alors que 140.000 ménages sont inscrits comme demandeurs de logements sociaux à Paris, cinq adjoints du maire Bertrand Delanoë vivent dans des logements sociaux au coeur de la capitale, selon les informations de Mediapart.

Le Figaro a déjà révélé le cas de l'adjointe chargée de l'intégration, qui loue un 56 m2 à 700 euros dans le XVIIIe, et celui de l adjointe en charge des seniors et conseillère PS du XIe, qui loue un appartement de 1 800 euros pour 100 m2.

Mediapart en cite trois autres: Un conseiller (PCF) de Paris depuis 2011, qui vit seul près du métro Saint-Fargeau (XXe) dans un appartement de 53m2 pour un loyer de 300 euros; L'adjoint à la vie étudiante (PS) depuis 2008, qui vit dans un appartement de 113m2 près du métro Jules Joffrin (XVIIIe) et dit payer 1900 euros par mois; L' adjoint (PCF) en charge de «Paris Métropole», qui occupe un 75m2 dans le XIIe et dit payer 1100 euros.

Le site d'information évoque enfin le cas d'une adjointe (PCF) chargée de la mémoire et du monde combattant, qui habite un logement de fonction dans une école maternelle dont elle n'est plus directrice depuis 2002.

Information >    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/12/04/97001-20131204FILWWW00569-cinq-adjoints-de-delanoe-vivent-dans-des-logements-sociaux.php

Partager cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 20:49

L'ADENCA demande des précisions à la DRIEE sur les Centrales à bitumes :

"Nous sommes très inquiets, en particulier, pour la santé des populations riveraines et des enfants qui fréquentent les écoles de Compans et Mitry-Mory, en effet la zone industrielle de Mitry possède
2 installations de ce type.
Nous constatons que pour la CIFA Mitry-Mory l’arrêté date du 19/9/1991, cette installation est toujours classée sous l’ancienne rubrique 183 bis, c’est pourquoi nous vous demandons d’effectuer une inspection en vue de contrôler l’état des installations et d’imposer des prescriptions complémentaires à cet établissement conformes à la nouvelle législation en vigueur.
Nous sommes très inquiets également concernant la préservation de la ressource en eau de la Beuvronne, rivière qui reçoit les eaux de CIFA et MPRO Mitry-Mory, entreprises qui sont susceptibles d’utiliser de l’éthylène glycol dans leurs fabrications, produit dangereux en cas d’ingestion par les populations.
Or en 2009 des analyses ont révélé la présence d’Ethylène Glycol dans les prises d’eaux brutes de l’usine de potabilisation Veolia Annet sur Marne.
Un contrôle inopiné du 6 au 7 mars 2013 indiquait la présence d’une concentration d’éthylène glycol inférieure à 4mg/l à différents points de la rivière Reneuse, affluent de la Beuvronne.
Nous souhaiterions que vous imposiez des contrôles par un organisme indépendant de l’éthylène glycol à ces 2 entreprises avant rejet dans le milieu naturel et vers le centre d’épuration de Mitry-Mory.
Nous vous serions obligés de bien vouloir nous indiquer si des analyses de la qualité de l’air
sont effectuées par un organisme indépendant autour de ces deux établissements."

Consultez le blog de l'ADENCA : http://adenca.over-blog.com

Partager cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 12:16

election-neuf-derniers-vice-presidents-interco.JPG

Partager cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 09:40

    Page 5 et 6 du Pdf les indemnités des vices presidents...
( voyez par vous-même, il les voulait ses indemnités !)

Indemnités de vice-president 1568 euros plus 313 euros votés en séance...

Indemnités de maire 457,28 euros...

Alors, 1568 + 313 + 457 = grasses ou pas grasses ses indemnités ?


Suivez les liens :


http://htmlimg1.scribdassets.com/2tulkb470g3ik9pi/images/1-87ba038f61.jpg

http://htmlimg1.scribdassets.com/2tulkb470g3ik9pi/images/2-a1600cf83a.jpg

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/le-conseil-vire-au-tragi-comique-19-02-2014-3603463.php


http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/le-conseil-communautaire-revote-pour-son-executif-ce-soir-17-02-2014-3596813.php

 

http://www.cc-plainedefrance.fr/wp-content/uploads/2009/12/2014_05_12_CC_Proces_verbal.pdf

Point 5 page 5 et 6

image compte rendu du 12 mai 2014

Partager cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 09:34
Info : Le Parisien 16/06/2014
Un homme de 27 ans est décédé dimanche vers 1 heure du matin à Mitry-Mory après avoir été frappé au couteau au niveau de la carotide. Les circonstances du drame sont encore floues. Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée à la sûreté départementale, il résulte d’une altercation entre le gérant d’une pizzeria située rue d’Évreux, et une bande de jeunes, vraisemblablement venus pour en découdre, dont faisait partie la victime.
Roué de coups par une partie d’entre eux, le gérant aurait sorti un couteau pour se défendre, blessant au visage l’un de ses assaillants avant de porter un coup au niveau de la carotide de l’un des autres. Ce dernier serait alors sorti de la boutique accompagné de ses amis, perdant beaucoup de sang. Il est mort quelques mètres plus loin, devant un local de la Croix-Rouge, où il aurait reçu des soins mais qui n’ont pas permis de lui sauver la vie. Cinq jeunes sont actuellement en garde à vue. Le gérant de la pizzeria, âgé de cinquante ans, est quant à lui l’hôpital.
Partager cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 16:34
Lors d'un jugement, un condamné peut voir sa peine assortie d'un sursis. Cette peine, à condition qu'il n'y ait pas réitération au cours du délai fixé, ne sera pas mise à exécution. Ainsi, le sursis constitue une peine dissuasive qui tend à prévenir la récidive.

On parle de sursis simple lorsque le condamné n'est soumis à aucune mise à l'épreuve ni à aucun travail d'intérêt général.

L'obligation, en cas de sursis simple, est de ne pas être condamné à une peine pendant une période de 5 ans.

Pendant 5 ans aucun délit ne saurait être toléré... Même un bel excès de vitesse... Et même un petit s'il y a récidive.
Partager cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 21:42
Dans le Parisien qui relate sa culpabilité puis sa condamnation à deux mois de prison et 3000€ d'amende, le maire évoque " les grasses indemnités"...en fin d'article...
Qu'en est il exactement?
Compans.org vous apportera les preuves exactes de ce que le maire touchera en indemnités d'élu...
Allez un indice, cela est très proche de 2 fois le SMIC...
Oui madame, par mois... Et on a le droit de savoir, puisque ce sont les impôts qui les financent...
GRASSE OU PAS GRASSE L'INDEMNITÉ...?
Partager cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 14:53

 


77 FM 
 
Partager cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 08:32
Partager cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 21:05
Partager cet article