Présentation

  • : COMPANS INFORMATION COMMUNALE, INTERCOMMUNALE ET ENVIRONNEMENTALE, ROISSY-PAYS DE FRANCE
  • : Asseyez-vous confortablement dans notre fauteuil, et laissez-vous bercer par l'effarante actualité communale et environnementale de Compans-Mitry. Bien calé, vous tomberez quand même de haut... Compans : 700 habitants, 7 prises illégales d'intérêts, 7 sites Seveso ! Bienvenu sur le blog du Collectif des Contribuables Companais et Mitryens.
  • Contact

Rechercher

28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 19:24

Les quelques arbres bordant le cimetière ont été condamnés à mort par le premier adjoint au maire : "Ils salissent, bla bla, les feuilles tombent, bla bla bla (ton péremptoire) " ... Dont acte, le propriétaire les a coupé...

Outre le fait que les arbres étaient bien utiles en période de grand vent, ils protégeaient aussi de la vue des grands entrepôts tristes et grisâtres.

Bref, encore du n'importe quoi communal... Jugez par vous-même... quand le béton bouffera le paysage, nos amis auront gagné leur pauvre pari de bétonneur.

A Compans, les arbres "c'est sale", selon la mairie.
A Compans, les arbres "c'est sale", selon la mairie.
A Compans, les arbres "c'est sale", selon la mairie.

Au dessus, c'était avant, vu d'avion, on voit bien les arbres... Une jolie haie végétale entourant le cimetière, donnant de l'ombre ou protégeant des vents dominants....mais ça c'était avant l'abattage ! Véritable scandale issu d'un ordre incohérent municipal, illustrant le vide sidéral de réflexion environnementale... Pat très fût-fût...

Partager cet article
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 17:53

Devant l'inaction des pouvoirs publics et des élus concernés, une action citoyenne est proposée par les associations environnementales locales : nettoyer le rond point de Compans.

Rendez-vous le 6 juin prochain !
On espère y voir nos élus se retrousser les manches, notamment celui chargé de la propreté et de l environnement !

Décharge de Compans : enfin une solution !
Partager cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 11:05
Partager cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 19:43
Conseil municipal du 22 mai... 22 vla les...
Partager cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 21:27

Source : le parisien77

Mardi, cinq personnes ont été placées en garde à vue pour des détournements de fonds publics, parmi lesquels deux personnalités haut placées au sein de la municipalité de Lognes.

Un adjoint au maire a été mis en cause pour détournements de fonds, faux et usage de faux, il est, d’après une source proche de l’enquête au centre d’un système qui aurait permis, entre 2012 et 2014, de détourner au minimum une centaine de milliers d’euros.

Le directeur général des services de la ville a également été placé en garde-vue, soupçonné de complicité de détournements. Enfin, trois autres personnes ne travaillant pas, ou plus, à la mairie sont aussi en garde à vue pour recel de détournements de fonds sur plusieurs années.


Le premier est un loueur de voitures installé à Thorigny-sur-Marne, chez qui l'adjoint aurait loué des véhicules aux frais de la mairie pour des déplacements personnels. La deuxième est une jeune femme, désignée comme la compagne de L'adjoint. Gérante d’une société, elle aurait facturé à la ville des cours de cuisine qui n’ont jamais été donnés.

Enfin, le dernier gardé à vue est le fils de L'adjoint. Il tient un restaurant à Chelles et aurait vendu à sa clientèle des produits alimentaires payés par la mairie de Lognes.

Contacté par téléphone et par courriel, le maire, entendu comme témoin dans cette affaire, n’a pas donné suite. Un élu d’opposition déplore que « ces cinq gardes à vue laissent penser que les rumeurs qui circulaient sur la gestion de la commune n’étaient pas infondées » mais espère que le travail de la justice permettra de « faire toute la transparence sur les comptes de la commune ».


Si les éléments recueillis par les enquêteurs sont confirmés par les auditions des gardes à vue, ces derniers pourraient être déférés au parquet de Meaux en fin de semaine.

5 gardes à vue pour détournement de fonds...
Partager cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 06:53
Besoin de vous... pour eux € € €
Partager cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 21:05

Source La Marne :

Ce mardi matin, 19 mai, vers 11 h, deux commerces ont été braqués, par deux individus. Un troisième attendait ses complices à l’extérieur, prêt à filer en voiture, avec le butin.

Deux des malfaiteurs sont entrés dans le Coccimarket de la place Nelson Mandela, dans le quartier de Mitry-Neuf, pour braquer l’employé avec une arme de poing.

Butin : 200 euros pris dans la caisse.



Partis sur leur lancée, ils ont enchainé avec le braquage de la boulangerie Le Blé d’or, située juste à côté. Gantés et cagoulés, ils ont dérobés 250 euros de fonds de caisse.



Il n’y a pas eu de blessés.



C’est la série noire dans le secteur de Mitry. En deux semaines, quatre braquages ont eu lieu.

Partager cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 09:17
Compans label Valstar !
Partager cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 19:06

Le Conseil de l'Europe en 2014 définit le lanceur d'alerte comme :"toute personne qui fait des signalements ou révèle des informations concernant des menaces ou un préjudice pour l'intérêt général, dans le contexte du travail, dans le secteur public ou privé".

En vertu de l'article 36 de la loi du 6 décembre 2013, les lanceurs d'alertes peuvent saisir le Service Central de Prévention de la Corruption, service interministériel placé sous l'autorité du Garde des Sceaux. Ce service est habilité à transmettre les dossiers directement au procureur.

La loi du 11 octobre 2013 protège le signalement par toute personne lanceur d'alertes des " faits relatifs à une situation de conflits d'intérêts". C'est une protection qui concerne le signalement de conflits d'intérêts émanant des élus et hauts fonctionnaires douteux...

Bref le courage est dorénavant reconnu à sa juste valeur. Toute représailles donnent immédiatement lieu à des poursuites .

Partager cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 18:16

Retour sur une procédure exceptionnelle et méconnue des administrés : l'autorisation reconnue au contribuable de plaider en lieu et place de sa commune...

L'autorisation de plaider est l'une des curiosité de notre droit des collectivités locales.

Il permet au contribuable d'une commune de se substituer à sa collectivité défaillante pour engager, en son nom et pour son compte, une action devant les juridictions judiciaires ou administratives, qu'il estime nécessaire à la défense des intérêts de la commune.

Instaurée sous Louis-Philippe, cette procédure historique et juridique de démocratie directe locale a été élargie aux départements, puis aux régions et enfin aux établissement publics de coopération internationale.

Lorsqu’un agent public, élu ou non, manque a son devoir de probité, c’est la collectivité en son entier qui est lésée et de ce fait, tous et chacun des individus qui la composent – au premier rang desquels ceux qui contribuent à son fonctionnement à travers le paiement de l’impôt.

Dans le cas où la collectivité lésée se refuse ou néglige à agir en justice à l’encontre de l’agent malhonnête, une procédure permet sous certaines conditions aux contribuables de s’y substituer : il s’agit de l’autorisation de plaider (également connue sous le nom d’ « action du contribuable »).

Le Tribunal Administratif de Melun a donc autorisé cette procédure unique, c'est à dire à plaider contre le maire de Compans pour détournement de fonds... Et c'est pas fini, le tribunal a autorisé a porter plainte contre le maire pour une nouvelle prise illégale d'intérêts...

Le détournement de fonds publics est l'opération illégale qui consiste à utiliser des sommes appartenant à la collectivité à des fins autres que le bien public.

En droit pénal français, le code pénal prévoit que : "Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l'un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres en tenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission, est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende. La tentative de détournement de fonds publics est punie des mêmes peines."



Tripatouillages quand tu tiens ! C'est malpropre :) !!!!

Partager cet article